PORTRAITS :
DES ETRANGERS QUI NE SONT PLUS DES ETRANGERS MAIS DES CONNAISSANCES MAINTENANT, DES AMIS, DES AMANTS…..

PHOTOMONTAGES PAR : BASIL ALKAZZI

Image:

Au Printemps 1985, après un automne et un hiver très créatifs en peinture, je me suis foulé un endon, avec un hématome et un étirement au bras droit. Mon médecin grec a pratiqué un diagnostic exact : « Artist’s elbow » et a immédiatement prescrit un suppositoire malgré mes protestations disant que la douleur affectait mon coude et nulle part ailleurs ! C’était des suppositoires anti-douleur, comme je l’ai découvert plus tard, quand la « courante » n’est jamais venue. Incapable de peindre ou d’écrire, et avec un désir et un besoin de créer otalement frustré, j’ai entrepris de longs voyages sans ma tante. A San Franscisco, « Hockney Paints the Stage » s’est ouvert au Musée de San Franscisco d’Art Moderne, ce que je voulais voir, et part la suite j’ai vu de nombreuses expositions photographiques, et en particulier les photomontages surréalistes de Val Talberg par un processus négatif, ainsi que les photocollages de Ray K. Metzler « Composites : A Maze in Philadelphia », et « California Street » de Max Yavano qui ont suscité un intérêt dans l’œil de mon esprit.

Image:

Donc, j’ai commencé à jouer avec mon appareil photo japonais, et j’ai assemblé des photomontages qui curieusement , dans une certaine mesure, ont soulagés mes désirs créatifs. Des vues extérieures des « Painted Ladies » de San Franscisco, déplacées et mues jusqu’à Xania, en Crète, où un eté entier a été passé à photographier le vieux quartier Turque à l’embouchure du port Venitien de la ville, l’Eté qui avait été prévu pour la peinture. Et bien qu’un Eté précédent, Xania avait inspiré une série de peintures , mes photomontages n’avait rien à voir avec mon travail sur toile ou sur papier- Mais comment pourraient-ils ? Et pourquoi devraient-ils ?

Le résultat final a été exposé à Londres et à New York l’année suivante.

Image:

Pour moi, deux processus de créativité ont eu lieu, l’un dans l’assemblage du montage avec l’œil du photographe, et l’autre plus tard quand il s’est agit de les faire « coller » ensemble dans la réalité, on recrée ce « moment », et on peut insérer des variations bien que beaucoup plus limitées que dans le dessin et la peinture.

Est-ce du bon art ? Du mauvais art ? Est-ce de l’art en soi ? Franchement, cela m’est égal, j’aime cela, et c’est tout ce qui compte.

Image:

J’ai poursuivi l’activité de la photographie depuis lors, chaque fois qu’il y avait un trou dans ma peinture, et sous forme alternative de créativité. Récemment, je me suis embarqué dans une série de portraits de personnes que je connaissais, que j’avais rencontrées, auxquelles j’avais été présenté, avec qui j’avais discuté, ou qui avaient discuté avec moi. Des étrangers qui ne sont plus des étrangers.

Basil Alkazzi, 1989

Image:

MY BEAUTIFUL, [SLIGHTLY OLDER] ADOPTED
SISTER EVA J. PAPE 1989
30 x 40 inches

Image:

RONALD KUCHTA II 1989
24 x 35 inches

Image:

VIVIENNE THAUL WECHTER RE-VISITING 1988
16.5 x 38 inches [photo-image 4" x 6"]

Publié par :
Musée NECCA, Centre de Nouvelle Angleterre pour l’Art Contemporain, USA. 1988.
Edité par Henry Riseman, Directeur du Musée NECCA.
Droits d’auteurs pour les portraits et le texte : Basil Alkazzi 1988
Librairie du Catalogue du Congrès, numéro de carte 88-62700